jeudi 21 août 2008

Futures Mamans, réveillez le Brutus qui sommeille en votre chéri !

J'aime les gens. Surtout ceux qui se mettent dans les caisses prioritaires alors qu'ils ne sont ni vieux ni enceints. Surtout ceux qui s'assoient sur les places réservées aux femmes enceintes alors qu'il sont jeunes et en forme. Mais surtout, j'aime les gens qui bousculent ou ne respectent pas ma Femme.
Pourquoi je les aime ? Parce que je peux ressortir mon côté viril - héros défenseur de la femme enceinte opprimée et que ça fait un bien dingue !

  • Le gens qui fait la queue à la caisse réservée aux femmes enceintes
Le principe : lorsqu'une femme enceinte, une personne handicapée ou âgée arrive à cette caisse, les autres doivent leur laisser leur place. Ce que je fais lorsque des gens en forme font la queue, c'est de leur demander (poliment je précise) de nous laisser passer.

J'ai distingué 3 catégories de gens :
- le gentil : il ne pose pas du tout de problème pour laisser sa place, et serait même susceptible de nous présenter toutes ses excuses pour avoir osé faire la queue à cette caisse. Tout simplement un ange, il est quand même très rare d'en croiser.

- celui qui fait semblant de ne rien savoir : plus fréquent, sa première réaction lorsqu'on lui demande de laisser sa place est de protester en disant que c'est une caisse normale. Là je peux m'amuser :
- Excusez-moi, ma Femme est enceinte et vous êtes dans une caisse prioritaire, pouvez-vous nous laisser passer ?
- Ah bon ? Vous en êtes sûr ?
- Oui oui, regardez au-dessus de votre tête (je pointe du doigt) : il y a une pancarte sur laquelle c'est marquée que les femmes enceintes sont prioritaires.
- Ah ? Mais vous êtes sûr que c'est pour cette caisse ? (notez bien la mauvaise foi)
- Ça je peux vous l'assurer : si ça ne concernait pas cette caisse, la pancarte ne serait pas ici.
- Bon... (et la personne nous laisse passer en faisant la grimace).
Cette histoire-là, c'est du vécu !

- le chieur : moins fréquent. C'est le gueulard, celui qui est prêt à rouspéter même si on montre par A + B qu'il a tort. Femme enceinte ? Rien à faire ! Il est là et il ne bouge pas. Pour moi, c'est un régal !
Vécu également, avec un type qui a perdu sa langue :
- Excusez-moi monsieur, pouvez-vous nous laisser passer ?
- ...
- (J'hausse la voix) Monsieur ?
- ...
- Monsieur, ma femme est enceinte, j'imagine que ça ne vous dérange pas qu'elle passe avant vous ?
- ...
- (La caissière intervient) Allez-y, je vous laisse passer.
- Ah merci madame ! (Au type) Monsieur, n'ayez pas peur de parler, ça ne pourrait qu'aller mieux !
- ...
J'aime !

Quelques exceptions cependant :
- quand il y a trop de monde : je demande directement à la caissière de nous faire passer. Ça concerne la majorité des cas. C'est aussi le meilleur moyen de se faire haïr par la dizaine de personnes qui attendent pendant qu'on passe devant eux. Bah, d'un autre côté ils sont à une caisse prioritaire donc ils savent à quoi s'attendre.

- les caisses où il n'y a que des femmes enceintes : ça nous est arrivé une fois. Pas d'autre solution, il faut prendre notre mal en patience (rien de tel pour avoir l'air con et ne pouvoir rien faire... pour une fois)

Une exception qui est arrivée à ma Future Maman alors que je n'étais pas là : la caisse prioritaire qui ferme alors qu'Elle faisait la queue. Heureusement pour le magasin que je n'étais pas là, car je n'aurai pas hésité à la faire rouvrir !


  • Le gens qui squatte la place de bus réservée aux femmes enceintes, ou plus simplement tout type de place (métro, RER...)
Un cas d'école. Je mets au défi toute femme enceinte qui n'a jamais connu cette situation de s'exprimer ici !
Pas de catégorie, ou plutôt si, deux : le gentil et l'autre. Je m'explique : un gentil s'effacera toujours pour nous laisser sa place. Mais qu'est-ce qui se passe quand il y a un gentil et un autre, et que je demande une place ? C'est le gentil qui se lève. Mais l'autre ? Il ignore ou alors il critique.
Alors, certes, j'essaye de les distinguer à l'entrée au premier coup d'œil. Pour vous aider, voici un exemple qui est un peu stéréotypé mais classique. Nous entrons et, pendant que ma Chérie valide son ticket (dans le cas du bus), j'observe les personnes assises aux places réservées. Et je vois : une jeune femme habillée de façon classique et un type aux grosses lunettes de soleil (le plus drôle c'est quand il n'y a pas de soleil), pied posé sur le rebord et qui regarde dehors. Comment réagirez-vous ?
J'ai observé que ce sera toujours la jeune femme qui se lèvera alors que le type ne bougera même pas. Donc maintenant, ce que je fais dans ce cas-là, c'est de m'adresser directement au type. Même si la jeune femme aura tendance à se lever, je fixe droit dans les yeux le type jusqu'à ce qu'il se lève.
Effet radical. Et pendant ce temps ma Chérie (qui a à peine le temps de faire quoi que ce soit dans ma direction) est pliée de rire. D'après Elle, ce serait ma taille et mon bouc qui dissuadent.
Et, de temps en temps, Elle me confie que personne ne bouge pour lui laisser une place quand je ne suis pas là. Futures Maman, est-ce que vous l'avez également vécu ?


  • Le gens qui bouscule
Situation commune quand on vit à côté de Paris. Manque de chance, ça arrive toujours à ma Chérie quand je ne suis pas là ou quand j'ai le dos tourné. Par contre, j'ai trouvé un truc qui sert beaucoup : c'est la technique du bulldozer (les Futures Mamans vont vite comprendre).

Qu'est-ce ?
Est-ce que ça vous est déjà arrivé, par exemple dans un centre commercial, de vous retrouver à lutter contre un courant de gens qui vont dans le sens contraire ?
Pour les parisiennes : marcher dans un couloir du RER au moment où un flux de personnes sortant d'un train arrivent de face (en heure de pointe, pour prendre le pire scénario).
Le bulldozer, dans sa définition la plus stricte, creusera une tranchée en avançant contre le courant qui arrive de face. C'est-à-dire moi, avec ma taille (plus d'un mètre 90) et mon bouc, je continue d'avancer à contre-courant pendant que ma Chérie se cache derrière moi pour protéger son ventre. L'avantage, c'est que je ne crains rien si je me fais bousculer (d'où le nom de la technique).


C'est autant de situation où j'aime réveiller le Brutus qui sommeille en moi. Et il vaut mieux que j'en profite, car ça ne dure que 9 mois (enfin, moins car c'est dur de justifier d'une grossesse quand Bébé est au stade embryonnaire). Une fois Bébé arrivé, ce sera terminé : bye bye les caisses et les places prioritaires. À la place, je ferai mon chieur avec la poussette !

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu rencontreras les memes types de personnes quand vous serez en poussette. J'en ai vu des lourds qui veulent pas laisser leur place dans les bus. Enfin qui ne voulait pas, au final, tu gagnes toujours avec une poussette surtout quand elle est propulsée dans les tibias des lourds !!!

Christophe a dit…

Tiens oui, je n'avais pas pensé aux histoire de la poussette.

Tu me rassures, je vais pouvoir continuer à faire le brutus ! Par contre je vais peut-être éviter d'utiliser la poussette pour la technique du bulldozer :)

Christophe

Anonyme a dit…

ah oui le calvaire des femmes enceintes dans les trnasports en commun... à lire sur Lili dans le métro
http://lilidanslemetro.over-blog.com/article-19323953.html

Anonyme a dit…

Et les gens qui bossent, qui marchent toute la journée. Personne se demande si j'ai mal au genou.

Si enceinte autant reperer les moments ou c'est pas bondé.

Bref moi ca me saoule ce genre de prince charmant.

Maman de Luana a dit…

je connais la situation de la caisse ! Quad j'etais enceinte j'ai mis le bodel a Inter !7 personnes devant mois en caisse prioritaire, moi avec un ventre de presque neuf mois !Je fais sign a la caissiere et elle me dit : ah mais les gens ont deja tout posé sur le tapis je peux pas vous laissez passé.
Alors j'ai fait ma chieuse, je suis allée a la caisse 15 articles max avec un chariot plein a rabord. La caissiere me dit : madame c'est une caisse rapide veuillez changez de caisse !
Et la j'ai gueulé : et la bas c'est une caisse prioritire et personne n'a voulu me faire passer alors ou vous m'encaissez ici ou vous faites venir votre patron !

Et ben elle a pas mis longtemps a m'encaisser !

Anonyme a dit…

Blog super sympa ( dans un premier temps) !! Moi j'aime bien ce genre de prince charmant, il prend soin de sa p'tite femme c mimi... Les caisses, c'est du vécu biensur, les bousculades aussi ...mais avec le rictus en coin et l'oeil hypocrite, sortant la phrase qui met les nerfs " désolé madame, je ne vous ai pas vu ", et puis quoi encore... Pffffffff !!!

Anonyme a dit…

Heureusement que ça dure que 9 mois... Les femmes enceintes se prennent pour des reines qui ont tous les droits, et qui sont supérieures à tout le monde.
Tout ça pour les allocs... Payé par les gens qui bossent tous les jours et qui ne demandent rien et qui ne font pas chier les autres.

Anonyme a dit…

Intéressant tous ces commentaires mauvais sur les femmes enceintes... Bref ! C'est vrai que certains ne sont pas très courtois : il y a peu, j'ai fait le chemin de chez moi jusqu'au boulot avec une collègue enceinte. On a prit le bus dont toutes les places assises étaient prises et à peine 20 minutes plus tard, elle commence à faire un malaise (chaleur, odeur de transpiration... moi-même qui ne suis pas enceinte j'avais du mal...) et bien chose étonnante (ou non) personne ne lui a laissé la chance de s'asseoir ne serait-ce que 5 minutes ! J'ai dû demander au chauffeur de s'arrêter pour nous laisser descendre et qu'elle reprenne son souffle !